Critiques et tests RSS

  • 26 mars 2018
    J'avais commencé à jouer à Albion Online lors de la bêta, et j'y avais joué deux ou trois mois, puis je m'étais un peu lassé. Je viens de le reprendre et là évidemment dans sa version finale, ça n'a plus grand-chose à voir. C'est vraiment un très bon jeu. 
    Il y a plein d’aspects différents qui font qu'il y a toujours quelque chose à faire :
    - Le système économique très est complet, et surtout très complexe, ce qui impose aux joueurs des interactions d'achats et de ventes. Du coup pour vendre il faut fabriquer, pour fabriquer, il faut farmer, etc., pour acheter il faut de l'argent, donc il faut aller dégommer des monstres. Le fait de pouvoir payer le premium avec de l'argent du jeu motive à jouer de manière efficace et à être présent dans le jeu.
    - La partie élevage, agriculture, pêche, donne un petit coté "repos du guerrier" sympa au jeu, quand on n'a pas envie de baston !
    - Coté équipement, je trouve que ce système sans "classe" est vraiment génial car il permet de mélanger tout et n'importe quoi, du coup on a finalement une très grande variété de personnalisations de son perso, on peut essayer des combinaisons sans que ça bloque la progression dans un sens.

    Je n'ai pas encore vraiment essayé le PvP (je me suis juste fait éclater en 2-2, en traversant une zone rouge) vu que je n'ai pas un gros level pour l'instant, mais le système des zones progressives d'intensité de PvP me plait bien aussi. Ca permet de se sentir en sécurité quand on débute, et ça met un coup de stress quand on essaye (pas toujours avec succès) de traverser une zone rouge ou noire pour rejoindre une ville.

    Bref, je crois que c'est un jeu dont je ne vais pas me lasser tout de suite !
  • 2 févr. 2018
    Un jeu sublime qui visuellement est déjà pas mal mais le graphiste travaille encore et toujours a améliorer le concept du jeu ainsi que sa charte graphique. La prochaine mouture concurrencera les meilleurs jeux que j'ai déjà vus.
    Une communauté soudée qui s'amuse à faire eux-même évoluer l'histoire de Terre Noire comme ils veulent en créant des intrigues et des histoires digne de récits de "capes et d'épées".
    Un des membres a d'ailleurs publié un livre et un autre est en train de créer l'histoire du continent dont dépend encore l'île maudite pour avoir une histoire bien ficelée.

    Vraiment, j'adore ce jeu ou la gestion est complexe et serrée. Un tutoriel a été installé pour aider à bien démarrer le jeu avec récompenses quand les étapes sont franchies. On peut vraiment tout gérer, ça va du commerce en passant par la diplomatie à la gestion des paysans dans les productions avec des % d'occupations. On peut même gérer des comtés ou des duchés et devenir gouverneur grâce au système d'élections.

    Vraiment ce jeu est plus que complet !
  • 13 janv. 2018
    Par
    Bonjour,

    Je joue sur Okord depuis quelques temps et franchement, c'est le meilleur jeu auquel j'ai joué. L'ambiance est extraordinaire (aucune provocation, les joueurs s'entraident même s'ils font partie d'une faction différente) , le Staff est présent et à l'écoute, il y a toujours des mises à jour et la communauté est très active. Le jeu a été conçu pour l'époque du Moyen Âge, ce qui m'attire particulièrement. Il y a plusieurs tchats à notre disposition : un pour parler de tout et de rien, un autre sur le rôleplay, un pour notre chaîne vassalique, un pour la chaîne vassalique de notre suzerain, etc. Tout est bien organisé.

    Je fais partie d’une chaîne vassalique très nombreuse, les joueurs sont compétents, de bons conseils et très actifs. Je cherche des joueurs qui voudraient essayer le jeu et faire partie de cette chaîne vassalique. [...]

    Vous serez automatiquement ajouté à notre groupe d'alliés et votre fief principal sera près du mien, afin que je puisse vous protéger.

    J'espère vous voir en grand nombre. 
  • 12 janv. 2018
    1 personne sur 1 a trouvé cette critique utile.
    J'ai, pour ma part, trouvé ce jeu excellent et ne parviens pas à comprendre ceux qui le trouvent dépassé ou "injouable".

    Celestus n'est pas un jeu par navigateur comme les autres : il est complexe, vivant, et qui plus est gratuit.

    Mis à jour continûment par la même personne depuis maintenant plus de 10 ans, on ne se lasse pas d'y jouer. Certaines personnes sont inscrites depuis 2007 et ne sont pas déçues !
    Le système de facteur d'accélération est à l'avantage des petits joueurs si bien qu'ils ne sont pas (complètement) mis à l'écart par rapport aux plus vieux.  

    Outre une base de "Ogame-like", Celestus possède une multitude d'autres options si bien qu'il est dur de "tout savoir" et c'est pour ça que c'est bien. Le gagnant n'est pas forcément celui qui a le meilleur niveau, mais celui qui saura quels outils utiliser pour gagner : satomisations, disruptions, suppressions, réseau de rampes de lancement, composition de flotte originale, ...

    Tous ces éléments font de Celestus un vrai jeu de stratégie, où ce ne sont ni les vieux, ni les riches qui gagnent, mais les stratèges !
    1 personne a trouvé cette critique utile.
  • 10 déc. 2017
    1 personne sur 1 a trouvé cette critique utile.
    Par
    Celestus est un jeu spatial en ligne très complet. 
    C'est un jeu axé autant sur le PvP que le farm avec un nombre d'actions possibles innombrable sans compter les stratégies militaires - économiques que l'on peut exploiter.
    Le jeu est plutôt complexe, cependant les joueurs présents sont toujours là pour aider ; un discord a également été mis en place par la communauté pour aider tous les joueurs. 
    Les rares défauts que l'on pourrait trouver sont l'actuel manque de joueurs, les quelques rageux qui crachent sur le jeu et deux, trois bricoles.

    Celestus ne contient AUCUNE triche payante. La seule chose achetable avec de l'argent réel (le G+) permet simplement de récolter automatiquement les secteurs en un clic ou des bricoles comme cela, mais en aucun cas cela n'a un impact sur le niveau des joueurs ; de plus, on trouve souvent du G+ en vente pour pas cher. 
    Enfin, ne croyez pas que parce que vous arrivez sur le jeu vous ne pourrez jamais rattraper les gros joueurs. Certains s'en plaignent, cependant c'est parce qu'ils ne font tout simplement pas ce qu'il faut pour... preuve en est : une jeune alliance arrivée sur le jeu il y a quelques mois seulement a actuellement un très bon niveau et a déjà rattrapé la majorité des autres alliances.
    Le reste a déjà été évoqué dans les autres commentaires *positifs* ; bref, c'est pour moi le meilleur jeu de son genre, alors venez dessus.
    1 personne a trouvé cette critique utile.
  • 9 déc. 2017
    1 personne sur 1 a trouvé cette critique utile.
    Il me semble que le temps est venu d'écrire quelques mots à propos d'Okord.
    Quelques mots, avant la fin brutale de mes rêves de gloire et de puissance.
    Dans quelques minutes, la poignée de chevaliers, de vougiers et d'archers qui tiennent encore les remparts de ma citadelle tenteront une sortie pour repousser les milliers de trébuchets, balistes et catapultes assemblés par ces diables de Valyriens, Araldiens, Samariens et autres Sudordiens...
    A croire que toutes les Maisons d'Okord se sont donné rendez-vous sous mes machicoulis.
    J'ai pourtant prié les Dieux Anciens.

    [Okord propose à chaque nouveau joueur de choisir l'une des trois religions du royaume (background détaillé, unité spéciale associée au choix) ]

    Imploré que la division perdure.

    [Le nouvel arrivant est invité à choisir une faction. Les "ordres", "alliances", "confédérations" sont nombreux, organisés, animés, et leurs rivalités garantissent la réjouissante instabilité politique du jeu. Ces groupements de joueurs constituent également une des bases du "Role-Play", qui est une de grandes richesses du jeu]

    Supplié que les haines ancestrales, les querelles religieuses, les ambitions contrariées favorisent mes projets.

    [Le jeu se fonde sur un background riche et détaillé. Il convient de s'imprégner de l'histoire et de la géographie du royaume pour savourer pleinement Okord].

    Espéré que nos belliqueux voisins épousent ma cause.

    [Okord n'est que l'élément central d'une géopolitique plus vaste et très variée. Okord, terre médiévale imaginaire (mais non fantastique) n'est qu'une petite pièce du puzzle. De puissantes entités aux appétits féroces lorgnent sur le petit territoire qui ne doit sa relative autonomie qu'à la férocité de ses Maisons (c'est à dire... les joueurs) . Les empires d'Abrasil, de Deomul, le Gundor, l'Osterlich, la république valésiane, la Horde (...) représentent pour tout seigneur une menace terrible, ou l'espoir d'une alliance. Ce qu'il y a de véritablement formidable dans ce jeu, c'est que toutes les options sont offertes, une équipe de MJ remarquablement compétents et réactifs décidant s'il convient de valider les propositions des joueurs et se chargeant de retranscrire leur éventuel impact dans l'univers d'Okord. Okord, c'est une chanson de geste écrite quotidiennement par les joueurs, sous contrôle d'animateurs garants de la cohérence de cette aventure collective]

    J'aurais dû cracher sur les Dieux endormis, et choisir d'épouser la fureur d'Yggnir. Qu'on me donne seulement un bataillon de ses huscarls...

    [Le jeu comporte une dimension politique, une dimension RP, et un important volet tactique. Il existe de nombreuses unités combattantes (engins de siège, cavaleries diverses, fantassins variés, tireurs...) dont l'usage opportun et les combinaisons habiles sont une clé du succès. En tant que seigneur de fief, vous ne manquerez pas de mener souvent vos hommes à la bataille, individuellement ou à l'intérieur d'un ost de plusieurs joueurs, et peut-être vous spécialiserez-vous dans un type d'unité ou dans une forme de combat]

    J'étais pourtant si près du but. Mon étoile brillait plus fort que toute autre et je grimpais, deux par deux, les marches qui menaient au trône.

    [Le joueur commence avec le grade de chevalier et gagne, avec le temps et des exploits, titres de noblesse, droit de gouverner des provinces, droit de siéger au Haut-Conseil (...) , le plus haut rang - très convoité - étant celui de Roi (ou polémarque) d'Okord. Les points sont gagnés en bataille, dans des tournois, en développant son économie et peuvent même être attribués à titre exceptionnel par les MJ]

    Je regarde ceux qui vont charger à mes côtés. Ceux qui restent.
    Un duc, un marquis. Deux comtes, quatre vicomtes et huit bannerets. Plus blancs que linge, ils feront néanmoins leur devoir de vassaux.

    [L'une des grandes forces d'Okord est d'immerger le joueur dans une simulation féodale complète, qui inclut le lien vassalique. Il est hautement recommandé au joueur débutant d'intégrer une chaîne vassalique (système pyramidal organisant une faction du prince le plus puissant au chevalier le plus humble) . La protection d'un joueur puissant est primordiale pour pouvoir développer sereinement son fief, et s'intégrer pleinement à l'histoire d'Okord. Un bon suzerain, en prime, ne sera jamais avare de conseils et de coups de main (or, nourriture, ouvriers, appui militaire) envers son vassal. En termes de jeu de rôle, cet attachement au système féodal est également très plaisant. Chaque joueur peut être suzerain ou vassal. En règle générale, il est à la fois l'un et l'autre]

    Leurs regards sont vides, hagards. Ils savent bien ce qu'ils peuvent perdre. Ils craignent aussi le déshonneur de la capture (une autre possibilité du jeu, synonyme de rançon) . Je devine leurs pensées, tournées vers leurs villages paisibles et opulents. Terres défrichées, marchés agrandis, murs levés, universités bâties. L'espérance d'une vie prospère.

    [L'économie est un facteur important du jeu. La richesse augmente votre prestige, vous permet de lever de puissantes armées et de construire donjons et remparts. Il convient de développer correctement chaque fief que l'on possède (jusqu'à 25 territoires) pour en tirer le plus de ressources possibles. Le choix du terrain est, à ce titre, primordial et il n'est pas rare de voir des tensions naître autour d'une plaine particulièrement fertile].


    Toute espérance sera vite balayée. Finissons-en, en beauté et dans l'honneur. Un geste de ma main droite, et voici que sire Hector lève mon étendard. Tandis qu'on lève la herse et que je m'apprête à hurler le nom de ma Maison immortelle, je songe que tout cela - prier, travailler, et combattre - en valait la peine.
    J'étais si près du but.
    Si je tombe, une autre prendra ma place, pour écrire son histoire dans la grande Chanson d'Okord. Et celui-là, l'ami, ce pourrait être toi.

    [J'ai rejoint récemment la communauté vivante et sympathique d'Okord, et j'ai immédiatement été conquis par ce jeu qui combine gestion, stratégie et RP dans une interface agréable et intuitive. Tout est fait pour faciliter les premiers pas du débutant. Gentillesse des aînés, et quêtes tutorielles "instructives". La présence de MJ compétents et motivés composant avec l'infinité de possibilités scénaristiques représente aussi un atout précieux. Par ailleurs, je n'avais pas lu de textes aussi magnifiques depuis l'âge d'or du vénérable Gloire & Pouvoir (Lisez donc Elmut, Von Festung, Elverid, Enguerrand, De Karan... ! ]. J'ajoute, pour finir, qu'Okord est un jeu gratuit qui ne nivèle pas la puissance des joueurs par l'argent. Si vous avez un brin de jugeote, je vous retrouve "là-bas" bientôt. En frère d'arme, ou bien en cible de vos archers ! ]
    Publié le 7 déc. 2017 à 14:01, modifié le 9 déc. 2017 à 00:05
    1 personne a trouvé cette critique utile.
  • 7 déc. 2017
    2 personnes sur 2 ont trouvé cette critique utile.
    Par
    Je ne suis pas un habitué des critiques sur les jeux en ligne, aussi excusez moi si vous trouvez cela un peu brouillon.
    Je ne suis pas sur beaucoup de jeux en même temps, généralement je joue à un jeu et je change quand j'en ai marre ou que je me lasse.


    Je joue sur Okord depuis début août 2017 et je dois bien avouer que c'est un bon gros coup de coeur et que je ne vois pas quand j'en serais lassé, ni pourquoi !


    Si vous n'avez pas envie de tout lire, je dirais que les gros points forts du jeu sont :
    - Un concepteur/développeur très à l'écoute des joueurs pour que le jeu soit toujours meilleur.
    - La possibilité de faire du Rôle Play, ce qui amène une touche très interactive et une dimension supérieure par rapport à tous les simples jeux de baston. Surtout que ce sont vos actions qui écriront l'Histoire !
    - Une philosophie du jeu concentrée sur le fait qu'un nouveau pourra rattraper les plus anciens et même devenir le meilleur. Nous avons eut l'exemple très récent avec un joueur qui est devenu n°1 en moins d'un an alors que certains sont là depuis le début ! (Il y a plus de quatre ans je crois)
    - Une prise en compte de tous les moments de la vie. C'est encore perfectible mais si à un moment vous n'avez pas le temps de jouer, vous pouvez vous mettre à l'écart pendant quelques jours ou semaines, sans pour autant dégringoler au classement. Un joueur qui passera toute sa journée sur le jeu est légèrement favorisé, mais pas tant que cela.

    Concrètement comment cela se passe ?
    - D'entrée de jeu il faut vous dire que vous incarnez un personnage dans un univers médiéval. A vous de voir si vous voulez "jouer" (Rôle Play) ce personnage ou simplement jouer au jeu de baston qu'est Okord, le RP n'étant pas du tout obligatoire. Vous pourrez construire des villages où vous voulez, les développer, et attaquer des villages d'autres joueurs pour gagner des points (de l'honneur) et de l'or.
    - Au départ on est assez bien guidé pour découvrir le jeu et jouer tout seul. Les premières quêtes permettent de découvrir toutes les facettes mais il y a des quêtes plus compliquées à obtenir (après plus de quatre mois de jeu il m'en reste encore) . Et assez rapidement on rentre en contact avec d'autres joueurs. Parce que, même si on peut rester tout seul dans son coin, l'interaction avec d'autres joueurs est ce qui rend (pour ma part) ce jeu très attrayant.
    - Vous choisirez donc certainement de prendre un autre joueur comme suzerain, intégrant au passage sa faction. Il devra vous protéger et vous aider, et vous devrez lui rendre service aussi bien sûr. Mais ce qu'il y a de bien marrant, c'est que vous pouvez choisir de rester vassal de votre suzerain, mais un jour peut être que vous serez meilleur que lui et ce sera vous le suzerain et lui le vassal ! Et puis, si votre suzerain ne vous convient plus, vous pourrez toujours vous révolter, le trahir en l'attaquant en pleine nuit... Récemment nous avons vu un vassal trahir la Reine en la capturant de nuit et... il l'a faite bruler sur un bûcher !
    - Au niveau du Game Play, sans trop rentrer dans le détail, il y a beaucoup de choses à prendre en compte pour les combats. Le placement de vos villages est important aussi bien pour vous défendre que vous attaquer. Car lorsque vos troupes attaquent et passent sur un territoire adverse, le joueur attaqué est tout de suite prévenu. La logistique est tout aussi importante car si vous n'apportez pas assez de nourriture à vos troupes il y aura famine et des décès. Il y a régulièrement des batailles qui se perdent de cette manière, et le plus faible remporte ainsi parfois le duel ! Un dernier point très intéressant, c'est qu'il n'y a pas de bonus sur les armées : le fantassin du plus vieux joueur est aussi puissant que celui du dernier joueur arrivé. Par contre chaque unité possède sa compétence, ainsi par exemple les lanciers voient leur puissance multipliée par trois lorsqu'ils affrontent des cavaliers. Celui qui remporte la bataille n'est donc pas forcément le plus ancien, le plus riche, ou celui qui a le plus de troupes.
    - Et en finalité, à force d'acquérir toutes ces notions stratégiques, à force de combattre, vous pourriez bien devenir Roi ! Ou bien perdre toutes vos armées d'un coup ! Cela m'est arrivé, c'est forcément assez désagréable mais vous ne perdez que des unités de combats, des points, de l'or ; vous ne perdez pas ni vos villages ni leur développement, donc reconstruire une armée reprendra un peu de temps mais vous pourrez vous venger de votre agresseur quelques jours plus tard !

    Voilà, je vais m'arrêter là.
    Ha si, j'oubliais, les dessins et le design peuvent paraitre un peu "moches" ou vieillots selon les gouts. Ce jeu est gratuit et ces dessins ont été payés "de la poche" du concepteur, il ne faut donc pas s'attendre à des oeuvres d'art non plus. Mais ce n'est pas ce qu'il faut retenir de ce jeu, si vous accrochez durant les premiers jours de votre période débutant, vous accrocherez pour bien plus longtemps et vous ne penserez plus du tout au design !
    2 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 22 nov. 2017
    2 personnes sur 2 ont trouvé cette critique utile.
    Par
    La quasi perfection : un univers riche et varié. 

    Une communauté, petite mais à l'écoute. 

    Un administrateur, humain, qui suit régulièrement son jeu. 

    Un mode de jeu très complexe qui ravira les vrais amateurs de jeux de stratégie : car ce ne sont pas forcément ceux qui ont des ressources qui gagnent à la fin !
    De nombreuses possibilités de jeu qui différencient Celestus d'un Ogame-like lambda : il ne s'agit pas seulement de faire des colonies et des secteurs. Rampes de lancements, terraformations, Portes spatiales, Bombes P, Radars, disruptions, suppressions, Zato-transmissions, sauts, systèmes de combat complexes, réparations, explorations, découvertes, etc. sont au rendez-vous. Il y a toujours quelque-chose à découvrir, quel que soit le niveau des joueurs.

    Le vrai plus : un jeu vraiment gratuit qui ne donne que des avantages "pratiques" à ceux qui payent et encore, le compte "G+" peut être acheté au marché avec l'argent fictif du jeu. Ceux qui ne payent pas atteignent aussi vite le niveau de ceux qui payent. De plus, un seul serveur de jeu pour un univers qui ne peut donc pas mourir, et où se mêlent nouveaux et anciens !

    Pour conclure : un jeu différent, fait pour durer, non pas pour mourir (onze ans qu'il existe) . Fait pour le plaisir du créateur, pas pour l'argent. Fait pour jouer, pas pour casquer.

    A adopter !
    2 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 10 nov. 2017
    /!\ Cette critique a été rédigée avant la sortie du jeu.
    Par
    Dans GnooDiplo, que vous êtes directement un président d'une nation.

    Vous avez le choix de choisir entre 225 pays dans le monde.

    Vous devez bien diriger votre nation, sans quoi vous risqueriez d’être attaqué et isolé politiquement (aussi, on peut ourdir des complots contre vous et votre nation) .

    Vous avez un gouvernement composé de sept membres (ministre de la défense, ministre de la culture, ministre de l'économie et des finances, ministre de l'intérieur, ministre de la santé, ministre des affaires étrangères, ambassadeur à l'ONU) .

    - Vous avez un classement des pays, et vous êtes classé dans le classement, en fonction de la puissance des pays en cours de la partie, et ça peut varier selon votre gestion, organisation politique, ou de votre propre style de jeu (économique, militaire, et mondial) .

    - Vous pouvez déclarer une guerre à un pays et le coloniser, mais vous risquez de vous faire sanctionner par l'ONU.

    - Et vous avez le choix de placer des membres de votre gouvernement aux postes de l'ONU grâce à un vote d'autres pays (directeur du FMl, secrétaire générale de l'ONU, directeur de la banque mondiale, directeur du PNUD) .

    - Sans oublier que vous pouvez utiliser des espions pour espionner, et mener des actes de terrorisme envers les autres pays de votre choix.

    - Gérer votre propre diplomatie, et votre propre système politique.

    - Vous pouvez sanctionner un pays, par des votes à l'ONU.
    - Vous pouvez imposer des visas et faire un embargo économique et un embargo sur les armes aux pays de votre choix.
    - Vous pouvez développer des armes de guerres, comme (des missiles et des avions) pour votre pays et les vendre aux autres pays publiquement ou discrètement.
    - Gnoodiplo, c'est 40 % de diplomatie et 30 % de wargame, 25 % de gestion et de 5 % de négociation.
    Si vous aimez les jeux de guerre, de politique, de gestion, et de négociation, ce jeu est fait pour vous.
    Publié le 10 nov. 2017 à 19:34, modifié le 10 nov. 2017 à 19:37
  • 5 oct. 2017
    Par Avatar de Mwen
    Victime de son succès, mais aussi d'attaques DDOS !

    Un sandbox, trop sandbox... Si l'absence de quêtes oblige à se les créer soi-même, le background du jeu est inexistant.
    Le PvE est compliqué à bas niveau, mais offre au moins un super challenge.
    le GvG est en réalité une instance de cinq joueurs élus par les siens pour tenter de prendre ou défendre un territoire. Si vous recherchez le combat de masse, passez votre chemin.
    Graphiquement, il est mignon et les sorts sont simples - pas d'effet stroboscopique, c'est appréciable pour la lecture d'un combat.
    Le système basé sur huit paliers à débloquer pour l'artisanat ou les permissions de ports d'armures, d'armes et de montures. Bien pensé.
    Il aura fallu 30 jours pour voir se vider le serveur de ses joueurs rendant des maps extrêmement nombreuses et grandes, mais totalement vide...
    Il manque la carotte pour se motiver davantage et jouer de longues heures de plus.
    Sur le papier, il paraissait bien... mais seulement sur le papier !

    Le modèle économique est intéressant et unique, avec la possibilité de payer son abonnement en monnaie du jeu, mais a aussi un coté P2W.
    Ouf, j'ai pas remis 10 euros !
    Publié le 5 oct. 2017 à 23:18, modifié le 5 oct. 2017 à 23:26
  • 3 sept. 2017
    Slayers Online (aka SO) est le premier jeu MMORPG de mon enfance. J'avais passé de longues heures à jouer allègrement à chasser des blobs tout en papotant dans la bonne humeur avec des centaines de joueurs.

    Assez de nostalgie, rentrons dans le vif du sujet.

    Ce jeu est devenu une daube innommable, comme j'en avais rarement vues sur Internet.

    *** Les Bugs.
    Le client crash à répétition (jusqu'à plusieurs fois par heure) , les boss sont pour certains tellement buggués que les joueurs n'y vont plus depuis des mois. Les persos ne répondent plus à certaines actions. Sur certaines maps, le personnage ralentit... Il faut parfois jusque 3-4 minutes pour traverser une map qui, à vitesse normale, prendrait moins de 15s. Bien entendu, il s'agit de la map carrefour que l'on est amené à traverser 25 fois par quête.

    *** Les quêtes.
    En parlant de ces dernières. Du grand foutage de gueule. Traverser une longue carte (durée sept mins) , pour parler à un personnage, qui demande de revenir sur ses pas, au point de départ, pour prendre un objet et lui ramener. Soit une perte de temps de plus de 25 mins, juste pour ouvrir une porte ! Et vous en aurez 5 - 6 à ouvrir ensuite...

    *** La communauté.
    Inexistante. Il doit péniblement rester 30 joueurs actifs, qui se connectent par paquets de 10. Impossible de commercer, de dialoguer... Car les survivants sont des joueurs doués d'une vulgarité sans pareil, les insultes volent systématiquement. Est-ce qu'il y a des modos vivants ?

    Bref. Si la nostalgie vous tient, fuyez. Gardez les bons souvenirs de ce jeu ... Mais ne venez pas en créer de nouveaux !
  • 27 août 2017
    0 personne sur 1 a trouvé cette critique utile.
    Jeu très riche et qui demande de la réflexion dès le début, pour ne pas avoir à refaire un personnage qui tienne la route à haut niveau.

    Hélas, il souffre de serveurs à la ramasse et la connexion passe par tellement de chemins détournés que c'est injouable la plupart de temps.
    Sauf si vous êtes un pro en informatique, en bidouillage et en anglais.
    Le service technique est très à l'écoute et très compétent, si vous avez ces qualités là, sinon, tant pis pour vous...
    Vraiment dommage...

    Par contre, il est gratuit, vous ne risquez rien à l'essayer, juste être déçu passé les 20-30 premiers niveaux. Quand vous vous habituerez à votre personnage et que vous aurez pris plaisir au jeu... et que votre avatar ramera dans la semoule au point qu'il sera mort avant même de pouvoir faire un pas.
    On attend toujours les correctifs pour palier à ces problèmes, annoncés depuis belle lurette mais non implantés.
    Au bout de quelques années à ne pouvoir jouer que par intermittence, sachant qu'une league (les "extensions" du jeu) dure trois mois et qu'on ne peut jamais arriver au bout à moins de prier quotidiennement le dieu de la connexion, ben on se lasse...
    0 personne a trouvé cette critique utile.
  • 19 juin 2017
    3 personnes sur 3 ont trouvé cette critique utile.
    Vous... ou plutôt votre imagination !

    Pour donner un peu de contexte, j'ai un pas mal trainé sur des jeux de gestion il y a quelques années et j'ai été un peu dégoutée par les aspects économiques. 
    Sur [certains], on est pas là que pour enfiler les perles et on ressent constamment la pression économique qu'il y a derrière. 
    "Tu veux une super tunique rouge" ? Paye. 
    "Un bonus de production de fer pour 5 jours" ? Paye. 
    "Avoir un château plus stylé  ? " Paye.

    A la fin, c'est usant d'être perçue comme un porte monnaie ambulant alors je me suis tournée vers des jeux plus "jeu de rôle par forum", la salive ça coûte rien. On y rencontre des gens supers avec des univers propres qu'on essaye d'égaler. Ce genre de jeux me convient bien et j'y joue toujours mais l'année dernière, j'ai été un peu nostalgique d'un peu plus de gestion.

    J'ai découvert Okord l'année dernière en lisant les critiques sur JoL et j'ai eu envie d'essayer. J'ai adoré son côté chimère qui combine du jeu de rôle dans de la gestion.

    Je vous conseille de lire les autres avis qui ont été publiés, je les ai relu avant de me lancer dans une critique et après plusieurs mois de jeu à Okord, je les trouve toujours justes.

    Je voudrais ajouter deux choses. La première, c'est qu'en tant que joueuse, on ne ressent pas de pression économique. On peut tout faire sans rien débourser et le mode avancé (1.5€ par mois)  qui permet de gérer plus rapidement ses villages ne donne pas d'avantages sur les autres. Toutes les bourses sont à la même enseigne et ça fait du bien à l'égo.

    La seconde, c'est que les maîtres du jeu encouragent le jeu de rôle et répondent présents pour vous accompagner dans vos pavés. Ils ont instauré un univers original et crédible que je situerais sur l'Europe centrale du moyen-âge. Un empire déchu grignoté par des tribus dont vous êtes issue.
    Notre personnage évolue dans cet univers réaliste et vous trouverez des joueurs et maîtres du jeu pour vous accompagner si vous voulez vous lancer dans une expédition aux confins du monde, établir des contacts avec des royaumes voisins ou créer votre secte d'un des trois cultes religieux.

    L'univers est au service des joueurs et joueuses et on a l'impression d'être à la fois dans un jeu de gestion/stratégie et un livre dont vous êtes l'héroïne. Rien que pour ça, ça vaut le coup d'essayer ce jeu pour vivre ça de votre propre plume.
    Publié le 19 juin 2017 à 10:27, modifié le 19 juin 2017 à 10:28
    3 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 28 avril 2017
    /!\ Cette critique a été rédigée avant la sortie du jeu.
    Après 16 heures de jeu et les deux premiers bosses battus, je pense pouvoir rendre un verdict plutôt objectif.

    J'ai également pris le DLC avec les voix, ce qui ajoute un gros côté RP au jeu, mais dans le même temps, te laisse sentir qui est important dans l'histoire et qui ne l'est pas, vue que le doublage est assez inégal mais honnêtement entendre toutes ces sonorités, ça transporte vraiment dans l'univers (on sent tout de même bien les influences japonaises) .

    Vis à vis du jeu en lui-même, et bien je vais expédier très vite le seul défaut que je vois : le problème de caméra lors des combats. C'est dommage mais ça reste CLAIREMENT anecdotique.

    Vis à vis de tout le reste ? C'est un sans-faute pour moi !
    Le monde est magnifique et féerique. Franchement, j'adore, et ça me rappelle les centaines d'heures que j'ai pu passer sur Jak 2 et Rachet & Clanj 2 sur ma PS2. La fibre nostalgique marche parfaitement sur ce coup là.
    Les énigmes sont intelligentes et se complexifient rapidement, en demandant d'utiliser les capacités de tous les personnages de l'équipe.

    D'ailleurs, les personnages sont super intéressants. En à peine huit heures de jeu, l'histoire a déjà réussi à m'émouvoir (pas aux larmes, tout de même) . Les histoires sont belles et tristes et ça permet vraiment à tout le monde de se développer et d'être super intéressant.

    Concernant le système de combat, et bien je suis fan des jeux de combats et voir un mix entre les Naruto Ultimate Ninja Storm et Dragon Ball Xenoverse, ça donne juste des combats rapides et nerveux (vraiment, j'ai pris un pied monstre face au premier boss ! ) .

    Pour résumer, je pense que c'est une perle. Il y a des petits défauts techniques mais ils sont clairement gommés par l'avalanche de qualités. Et le fait qu'il soit fait par des développeurs indé et français, ça rajoute encore plus au fait que j'aime ce jeu. Franchement une superbe surprise.
  • 26 mars 2017
    4 personnes sur 4 ont trouvé cette critique utile.
    Par
    Après presque 13 mois de jeu, je me suis dis que je pouvais bien venir parler de mon expérience de jeu sur Okord.

    J'ai joué à Ogame, Travian et autres grands jeux développés par des sociétés. L'expérience fut bonne un temps, mais la rentabilité financière de ces jeux tue totalement le plaisir de jouer.

    Okord, c'est un fondateur - développeur qui s'associe avec un graphiste pour créer un jeu par navigateur basé sur le Moyen-Age. On est alors plongé dans un monde qui rappelle Braveheart et autres films de grosses bastons légendaires ! Le tout avec un développement clairement orienté POUR le joueur et non pas pour le porte-feuille du propriétaire.

    Le but et le fonctionnement restent relativement simple. Le joueur incarne un Seigneur (ou une Dame pour ces demoiselles) dans le Royaume d'Okord. Son seul but est de devenir RoI ou Reine ! Pour cela, faire croitre son domaine en développant plusieurs fiefs (villages) à travers le royaume, conquérir une Province et capturer sa forteresse, forger des alliances, recruter des vassaux, réunir l'Ost le plus puissant du jeu... Bref, beaucoup d'étapes sur une échelle de progression qui ne fait que se développer !

    En bonus, on a du RP qui tisse un joli background sur un monde en pleine expansion ! Les voisins belliqueux, les religieux qui se tapent entre eux, des alliances et les traitrises qui vont avec, embuscades, sièges...

    En somme, on a un jeu simple à prendre en main, avec une communauté fort sympathique et des possibilités de jeu assez infinies !
    Les graphismes sont simples mais raffinés, l'ambiance est excellente, le développement rapide est principalement axé sur les désirs des joueurs. Belles diversités au niveau des unités. 

    Problème persistant sur tous les jeux par navigateurs, il faut parfois jouer beaucoup pour concurrencer le très haut niveau. Mais dans l'ensemble, chaque joueur peut s'y retrouver.
    Pour ma part, j'oscille entre 10 mins et 2h / jour.

    Je vous engage donc à aller faire un saut dessus et voir comment votre premier mois se passe. Avec un peu de chance, vous y resterez comme moi... Longtemps !
    4 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • Afficher les critiques suivantes